Rêve-d-automne

Rêve-d-automne

J'écris Ton Souvenir

 

 

 

j'écris  ton souvenir

 

 

 

J’ai plongé dans le livre de ta vie 

J’ai trouvé une plume, une écritoire

Un souvenir, une histoire 

Que je n'ai jamais écrit

 

 

 

Un souvenir qui a laissé des traces

Comme un écrit sur un papyrus

Un amour, jamais, ne s’efface.

D’un cœur qui a tant aimer

 

 

 

Les yeux fermés le cœur qui bat 

Ton corps se berce dans mes bras

Dans l’ivresse, tu t’es oubliée.

Comme une enfant a l’âme purifié.

 

 

 

Mes doigts se promènent sur ta chevelure 

Ta tête repose sur mon épaule de velours

Ton corps tremble au rythme de ton cœur. 

Arrêter le temps, savourer ce moment de bonheur

 

 

 

L’esprit plane au-delà de sa raison

Comme un embrun emporté par le vent

Cet instant n’est qu’un souvenir qui s’éveille.

 Une poussière d’eau évaporée dans le ciel

 

 

 

Oh femme au charme voilée

Dans ton regard, j’ai aimé la vie. 

Sur les feuilles des jours fanées 

J’écris l’histoire de ce rêve infini. 

 

 

 

Poète des sables

 

 

 

 


12/07/2019
12 Poster un commentaire

Vie d'une fleur, vie d'un poète

Vie d'une fleur, vie d'un poète

 

 

J’aime la vie d'une fleur qui vit

Dans l'ombre d'un temps oublier

J’aime la vie de ce poète qui vit.

Dans l'ombre des vallées des songes

 

 

 

Sur les chemins croisaient de sa destinée

À la recherche de cette fleur aux pétales fanées

Légende, histoire, ou mensonge

 

 

 

J’aime écouter le chant des vagues 

Qui caressent le sable silencieusement 

Où la nuit s'enlace avec le temps  

Voilé par la  brume de l'ivresse 

La rose de rosier en splendide joliessse 

Ivre ma pensée dans mon esprit divague

 

 

 

J’aime dialoguer avec cette larme qui s' en va

Courbée sur la joue d'un jour  sans   voie

Toute seule dans le silence de la nuit 

 S'efface sous les traces des années sans bruit

 

 

 

J’aime cette eau douce et limpide 

Qui descend du haut de la montagne 

Qui faufile entre les pierres et les roseaux

Et se glisse dans l’océan de tes émotions.

 

 

 

Poète des sables

 


27/06/2019
10 Poster un commentaire

Si Tu Savais....

 

Si tu savais....! 

 

 

Si tu savais combien je t’aime

Si tu savais combien je pense à toi

Si tu savais combien je souffre sans toi

Si tu savais combien je rêve de toi

Si tu savais combien me manque ta voix

 

 

Je te regarde allonger seule sur ce lit

Je voudrais être ce liquide de vie

Qui coule dans tes veines à l’infini

Je t’aime avec ces mots que je ne t'ai pas dit

 

 

Je voudrais couvrir ton visage de baisers 

Et ranimer en ton cœur l’amour brisé

Je voudrais voyager dans ce cœur discret

Amoureusement câliner ton petit secret

 

 

Chuuuut ne dit rien laisse moi t'aimer

Comme un esclave comme un forcené

Par les liens de ton amour enchaîner

Comme aujourd’hui, demain à l’éternité

 

Poète des sables

 


07/04/2019
13 Poster un commentaire

Ma destinée

 

Ma destinée 

 

 

Ô toi qui vis dans mes pensées  

Je t’aime comme un fou insensé  

Cette flamme me brûle le cœur  

Chaque jour de plus en plus fort

 

 

J’aurais voulu inventé ma destinée  

Pour libérer mon âme emprisonnée 

Si seulement, je pourrai cesser de t'aimer 

Libérer mes pensées et mon cœur enchaîné

 

 

Puisque je ne pourrai ni te voir ni te rencontrer  

Pourtant, tu es la seule ma bien-aimée adorée  

Je Vogue sans rames dans ces sentiments impérieux 

Ton amour est un papyrus dans un livre mystérieux.

 

 

Dans tes yeux une lumière, une voix silencieuse  

Une larme dans un cœur d’une femme amoureuse  

Je viens dans tes rêves en cette nuit de saint Valentin  

À genoux t’offrir mes baisers aux parfums du jasmin. 

 

Poète Des Sables

 


08/03/2019
14 Poster un commentaire

Sur la page de ma vie

 

Sur les pages de ma vie

 

 

Sur les pages de ma vie le temps s’écoule

Comme les feuilles de l’automne qui s’envolent

Le vent souffle les jours de ma vie frivole

Mon corps sans bruit s’éloigne dans la foule

 

 

Les murs de ma chambre moisie silencieux

Le regard perdu dans les profondeurs des cieux

Fidèle mon ombre me tient compagnie

Nous marchons ensemble vers l’infini

 

 

Les années blanchissent le sommet de ma montagne

Sur le vieux mur de ma vie les pierres saignent

Le cœur plein du chagrin errant dans le silence

Le jour et la nuit oubliées dans l’absence

 

 

Entre les doigts du poète la plume est sa reine

Câline son âme triste son cœur est en peine

À chaque aurore tombe une feuille de ma vie

Qui s’oublie encore dans des rêves inassouvis

 

 

 

À chaque aube s’ouvre le livre de notre âge

Peut-être ce soir nous écrirons notre page

Demain nous irons parler à la fontaine

Pour purifier nos cœurs de toutes ces peines

 

 

Poète Des Sables

 


11/12/2018
15 Poster un commentaire